Présentation AccueilEtablissementsPlan d'accèsEquipeContactsSéjour Activités Cardiologie interventionnelleVasculaire interventionnelleValvuloplastie aortiqueScanner coronaireElectrophysiologiePace-maker
Défibrillateur
Cardiologie du sport Espace médecin ActualitéEPU Question-réponse Thème 1Thème 2Thème 3Rechercher
Electrophysiologie
Textes et photos extraits du site www.e-cardiologie.com

L'EXPLORATION ELECTRO-PHYSIOLOGIQUE

Une exploration électro-physiologique a pour but d’analyser le tissu nerveux du cœur.
Cette exploration nécessite de mettre en place une sonde électrique dans le cœur, qui permettra l’enregistrement des différentes activités électriques émises dans les cavités du cœur.
Afin de réaliser un enregistrement, la sonde est introduite par une veine de gros calibre accessible à une ponction par le médecin.
Cette exploration dure en moyenne de 30 minutes à une heure, elle est pratiquement indolore mise à part la ponction initiale de la veine. Les complications sont rares.

QUELQUES EXPLICATIONS 

Activité électrique du cœur

Le cœur se contracte par l’intermédiaire d’un signal électrique qui se transmet de cellule à cellule de façon ordonnée afin que la contraction du cœur se fasse de façon harmonieuse.
Un petit groupe de cellules situées dans le nœud sinusal (cf schéma) présente une rythmicité spontanée (« Pace maker » physiologique du cœur).
L’activité électrique diffuse à partir du nœud sinusal (K et F) à travers les muscles auriculaires.
Les oreillettes et les ventricules sont séparés par des anneaux fibreux auxquels sont fixées les valves mitrale et tricuspide. Ces anneaux empêchent le passage de l’impulsion électrique provenant des oreillettes. Le seul point de passage à travers ces anneaux est le nœud auriculo-ventriculaire (AT), tissu de conduction spécialisé. L’influx électrique est alors ralenti (délai physiologique de 0,12 à 0,20s) pendant son passage à travers le nœud auriculo-ventriculaire, permettant un délai approprié entre les contractions des oreillettes et des ventricules.
Au-delà du nœud auriculo-ventriculaire, l’activation électrique est rapidement conduite aux ventricules grâce à un tissu spécialisé constituant le tronc du faisceau de His et ses branches.

La synchronisation de la contraction des différentes cavités du cœur nécessite un réseau nerveux au sein de ses cavités.
En fait, ce tissu nerveux entraîne d’abord la contraction de l’oreillette droite puis de l’oreillette gauche et des deux ventricules.
Ce tissu nerveux est appelé par les médecins le tissu nodal.

tissu nodal
Description du circuit électrique du cœur (le tissu nodal).

Dans certaines circonstances anormales, il arrive que ce tissu présente des anomalies de la conduction de l’influx nerveux ou qu’il soit responsable de l’élaboration de troubles du rythme cardiaque.
L’exploration de ce tissu permettra au médecin d’apporter une information précieuse et son résultat influencera la conduite à tenir pour le traitement.


DEROULEMENT PRATIQUE DE L’EXAMEN 

Le malade est préalablement calmé à l’aide de médicaments administrés par voie intra-veineuse puis il est allongé sur une table dure.
Le champ opératoire est disposé au niveau du pli de l’aine, qui aura été préalablement rasé, et une anesthésie locale est pratiquée. Parfois, la veine située sous la clavicule (veine sous clavière) sera également ponctionnée.
Puis, le médecin ponctionne la veine localisée au niveau du pli de l’aine, la veine fémorale, et met en place un introducteur qui lui permettra d’introduire le câble permettant de mesurer l’activité électrique du cœur.
Un fois l’introducteur en place (tuyau de gros calibre permettant le passage du câble) le médecin introduit le câble qu’il dirige vers le cœur en s’aidant d’un appareil de radiographie.
Une fois en place dans le cœur, il enregistre l’activité électrique du cœur, à l’état basal mais aussi à l’aide de protocoles de stimulation particuliers.
Un enregistrement sur papier est systématiquement réalisé au fur et à mesure du protocole et le médecin en fait souvent l’interprétation à la fin de la procédure.

Indications de l’EEP (exploration électro-physiologique)

L’EEP peut être envisagée

Devant la présence :

  1. De symptômes : malaises, syncopes, palpitations, arrêt cardiaque, insuffisance cardiaque, embolies …
  2. Des anomalies de l’Electrocardiogramme : anomalies de morphologie, du rythme (brady ou tachycardie), de l’activation (auriculaire, ventriculaire ou jonctionnelle).

Pour une étude pronostique

  1. D’une maladie cardiaque (en particulier l’infarctus du myocarde)
  2. D’un trouble du rythme ou de la conduction

Dans un but thérapeutique

Exploration avant la mise en œuvre d’une ablation ou dans le même temps



RESULTATS 

L’ensemble des tissus électriques du cœur sont analysés par le médecin.
Il peut ainsi en déduire un trouble de la conduction de l’influx nerveux dans le cœur ou l’existence de foyers responsables de tachycardies.
Des voies de conduction de l’influx nerveux anormales peuvent également être observées et une cartographie complète est réalisée (recherche de voies accessoires en particulier).

INDICATIONS 

Une exploration électro-physiologique est réalisée lorsque :
- Le médecin désire observer des anomalies du tissu électrique du cœur qu’il ne voit pas à l’électrocardiogramme mais qui sont souvent manifestés par des symptômes ;
- Le médecin désire connaître les caractéristiques « électriques » de certaines voies de conduction dans le cœur ;
- Le médecin désire réaliser une cassure dans une des voies de conduction, et utilisera pour cela une technique par radio-fréquence.
Une exploration électro-physiologique est réalisée uniquement lorsque le médecin n’obtient pas la réponse à sa question par la lecture de la mesure externe de l’activité électrique du cœur, par l’électrocardiogramme. Cet examen est fréquemment réalisé au décours de la survenue de malaise ou perte de connaissance.

L'électrophysiologie thérapeutique, également appelée électrophysiologie interventionnelle ou procédure d'ablation, consiste à créer une mini lésion sur une voie de conduction par chauffage ponctuel à l'aide d'une sonde spéciale reliée à un boîtier émetteur de radio-fréquence.
Différents troubles du rythme peuvent être ainsi traités:
· le flutter auriculaire par destruction de la voie de réentrée située entre la veine cave inférieure et la valve tricuspide (joignant l'oreillette droite et le ventricule droit) ;
· le syndrome de Wolff-Parkinson-White par destruction de la voie accessoire responsable de cette maladie ;
· la fibrillation auriculaire par isolement électrique des veines pulmonaires à leur abouchement dans l'oreillette gauche ;
· la maladie de Bouveret par destruction de la voie de réentrée située à proximité du nœud auriculo-ventriculaire (tachycardie, dite par réentrée intra nodale) ;


COMPLICATIONS 

Les complications sont représentées par l’infection locale au niveau du point de ponction, l’infection généralisée et surtout par les complications mécaniques.
Ces complications mécaniques correspondent à la perforation du cœur par la sonde, réalisant ainsi un épanchement de sang dans l’enveloppe qui entoure le cœur, le péricarde (hémopéricarde).
Les complications au niveau du point de ponction veineuse sont également possibles : hématome simple, plaie artérielle.
Les autres complications de ce type sont la lésion d’une partie du tissu électrique, pouvant momentanément être responsable d’un arrêt cardiaque. Fort heureusement, ces complications sont très rares.

haut de page

infos légales plan du site version flash webmaster conception administration